La perturbation d’alimentation en eau potable enregistrée, durant les deux jours de l’Aïd El Adha, dans certaines wilayas du pays est due essentiellement à une interruption de l`alimentation électrique survenue à Bouira, a indiqué mardi à l’APS, le Directeur général de l'Algérienne des eaux (ADE) Ismaïl Amirouche.

"La station électrique n 1 de la  wilaya de Bouira a connu dans la nuit de samedi à dimanche, une interruption en alimentation en énergie électrique, qui a duré quatre heures, causant ainsi une perturbation d’alimentation en eau potable, dans quatre (4) wilayas du pays", a expliqué M. Amirouche. Cette station, a précisé ce responsable, alimente trois branches allant vers la wilaya de Tizi Ouzou (côté Azzazga), la wilaya de M’sila (coté Boussaâda) ainsi que  vers la wilaya de Médéa. Il s’agit , selon lui, de grandes installations qui alimentent ces wilayas à partir du barrage Koudiet Acerdoune (Bouira). Ainsi, à cause de cet incident technique survenu samedi vers minuit jusqu’à dimanche vers 4 h00, l’écoulement de l’eau potable s’est interrompu dans plusieurs conduites et réservoirs, ce qui explique cette perturbation enregistrée précisément à Bouira, Tizi Ouzou , M'sila et Média, a précisé le  Premier responsable de l’ADE. Toutefois, M. Amirouche a tenu à souligner que globalement, la distribution de l’eau potable à travers tout le territoire national a "correctement assurée" durant les deux  jours de l’Aid El Adha, excepté dans quelques wilayas. "Nous estimons que 90 % de la population algérienne a été correctement alimentée en eau potable durant l’Aid El Adha alors que seulement 10 % de la population a connu une perturbation.", a-t-il indiqué. En outre, le même responsable a tenu à rappeler qu’il ne fait pas perdre de vue le programme de distribution de l’eau potable à raison d’un jour sur deux, élaboré dans  plusieurs communes du pays.  Selon lui, la population de ces communes a été rassurée. Ainsi, "même s’ils n’avaient pas reçu l’eau le matin de l Aïd, ils ont fait des réserves." S’ajoute à ceux- là, la forte demande en eau potable enregistrée le jour de l’Aïd, voire même deux  jours avant la fête religieuse, a encore expliqué M. Amirouche,  selon qui la consommation en eau potable a enregistré une hausse de 10 à 15 %.

APS