La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, Ghania Eddalia, a procédé, jeudi soir à Alger, à l'installation des membres de la commission d'orientation stratégique et la commission de supervision du programme de coopération PADSEL NOA, établi en partenariat entre l'Algérie et l'Union européenne.

Outre la ministre, des représentants de plusieurs ministères et instances concernées par ce programme ainsi que l'ambassadeur de l'UE à Alger, John O'Rourke ont assisté  à la cérémonie d'installation de ces deux commissions. Avec une enveloppe financière de 43,4 millions d'euros, dont la contribution algérienne estimée à 23,4 millions d'euros et celle de l'UE à 20 millions d'euros, ce programme concerne 25 communes relevant de 6 wilayas à savoir Chlef, Saida, Tissemsilt, Tiaret, Médéa et Ain Defla. Il a pour objectif de "lutter contre les inégalités socio-économiques à travers le développement durable dans les communes des wilayas susmentionnées en vue d'améliorer les conditions de vie des catégories sociales bénéficiant des aides sociales, les chômeurs, les personnes aux besoins spécifiques ainsi que la femme rurale et de créer davantage de postes d'emploi", a précisé le Directeur du projet, Boukhalfa Samir. Lors de son allocution, à cette occasion ,Mme. Eddalia a affirmé que l'Algérie vit, aujourd'hui, "des mutations sur tous les plans qui reflètent son développement et ses tentatives de mobiliser ses ressources au profit des citoyens et de consacrer ses efforts au développement, à la production  et à la création de la richesse et des postes d'emploi". Se félicitant des différents mécanismes de coopération offerts par l'UE au partenaire algérien, la ministre a souligné que le programme de coopération PADSEL NOA était "un nouveau jalon dans le partenariat" entre le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme et l'Union Européenne en Algérie. Le programme s'inscrit dans le cadre de "renforcer la volonté" des pouvoirs publics à concrétiser la démocratie participatives, en conjuguant les efforts de toutes les instances, les citoyens, les élus et la société civile, a-t-elle ajouté. La ministre a fait savoir que son département ministériel vise, à travers l'installation de ces commissions, à mettre en oeuvre le partenariat avec l'UE dans le domaine du développement local durable et à accompagner son Agence du développement social, afin de pouvoir mettre en oeuvre ce  programme dans les 25 communes des 6 wilayas. Pour sa part, l'ambassadeur de l'UE à Alger John O'Rourke, s'est félicité du niveau du partenariat liant l'Algérie et l'UE, traduit par nombre de projets dans différents domaines, entre autres, les collectivités locales, la pêche, l'artisanat et plusieurs projets de jumelage.