Sonatrach devrait entamer la prospection offshore cette année avec un premier forage prévu durant le deuxième semestre au large de la côte Est entre Béjaïa et Skikda, a annoncé le groupe pétro-gazier à Houston lors de la 12ème édition du Forum algéro-américain sur l’énergie.

 L’acquisition des données sismiques 2D et 3D sera achevée au premier semestre en cours, alors que les volumes associés à ce premier puits sont estimés à plusieurs trillions de mètres cubes de gaz biogénique, a indiqué Youcef Khanfar, directeur des nouvelles ressources au groupe Sonatrach, lors d’une session du forum consacré au potentiel offshore en Algérie. La côte Ouest du pays est aussi susceptible de contenir du pétrole, avec une extraction prévue à plusieurs millions de barils pour le premier puits qui sera foré dans cette région du pays. Youcef Khanfar a précisé que l’analyse des données sismiques 2D de la côte Est suggère une similitude entre ces réserves et le méga gisement offshore, de Zohr découvert en Egypte. Evalué à près de 30 trillions de mètres cubes de gaz, le gisement de Zohr, devrait permettre à l’Egypte de répondre à une bonne partie de ses besoins en gaz sur plusieurs décennies. Ce méga gisement devrait redonner une indépendance gazière à l’Egypte et la placer au cœur du hub gazier de l’est de la Méditerranée. Pour autant, M. Khanfar a précisé que seule l’évaluation de la sismique 3D pourra confirmer cette similitude. La prospection des littoraux Est et Ouest est menée en partenariat avec le Français Total et l’Italien ENI. Sonatrach a signé en octobre dernier les premiers contrats d’exploration offshore avec ces deux groupes internationaux, marquant une nouvelle ère dans sa quête vers l’augmentation de sa production d’hydrocarbures. Le risque exploration est partagé entre les trois groupes, a précisé Salah Mekmouche vice-président amont du groupe Sonatrach, précisant que le bateau qui va mener la campagne sismique marine au large de Bejaia et Skikda va arriver de Malte au plus tard fin mars. L’interprétation des données sismiques récoltées prendra, quant à elle trois mois.

L'américain Anadarko souhaite reconduire ses contrats de production en Algérie

Les deux groupes Sonatrach et Anadarko ont tenu une séance de discussion à Houston (Texas) à l’occasion de la 12ème édition du forum algéro-américain sur l’énergie pour évoquer les perspectives de leur partenariat. La réunion a été présidée par le dirigeant de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, et son homologue d’Anadarko, Al Walker. "Anadarko a demandé l’extension de tous ses contrats d’exploitation d'hydrocarbures en Algérie ", a précisé le vice-président Exploration-production de Sonatrach Salah Mekmouche à l’issue de cette réunion. Le premier contrat portant sur le champ Hassi Berkine (HBNS) où le groupe exploite les blocs 404 et 208 arrive à échéance en 2023. Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El Merk à Illizi qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat. Anadarko veut en effet apporter de nouvelles technologies en matière de maintenance prédictive et de digitalisation de l’exploitation des hydrocarbures, devenues aujourd’hui un véritable levier de performance en matière de production de pétrole, a fait savoir M. Mekmouche. Le groupe américain qui produit près de 260.000 barils/ jour est aussi intéressée par l’investissement dans les ressources non conventionnelles. Outre Anadarko la délégation de Sonatrach a également rencontré le dirigeant de Technip FMC. Fruit d’une fusion entre le géant français de l’ingénierie pétrolière Technip et l’américain FMC Technologies, ce groupe international souhaite créer des ateliers de maintenance et introduire de nouvelles technologies comme le traitement des données (data process). Sonatrach a eu aussi une séance de discussion avec les responsables de Honeywell international, un groupe industriel américain diversifié leader dans les systèmes de haute technologie.

  1. S.