Imprimer
Catégorie : Regions

Une dotation budgétaire d’un montant de l’ordre de huit (8) milliards de Da a été allouée à la wilaya de Médéa, sur le fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales (Fgscl), pour le financement de plusieurs opérations retenus dans le cadre du plan local de développement, a-t-on appris auprès des services de la wilaya.

Quatre principaux secteurs d’activités, en l’occurrence l’énergie, les travaux publics, la jeunesse et les sports, et celui de la santé se sont accaparés le gros des subventions octroyées à la wilaya, eu égard au grand besoins exprimés dans ce sens par de nombreuses communes, a-t-on signalé. Ainsi, une dotation de quatre (4) milliards de Da sera réservée au secteur de l’énergie, avec en priorité, le raccordement en gaz naturel des six communes situées à l’ouest de la wilaya, afin de parvenir, d’ici la fin de l’année en cours, à garantir une pénétration en gaz naturel à l’ensemble des 64 communes que compte la wilaya, a-t-on indiqué. Un projet de raccordement en gaz naturel de neuf communes de l’est et du nord-est de la wilaya de Médéa, à partir du gazoduc de Beni-Slimane, est en cours de réalisation et sera fin prêt, cet été, a fait savoir la même source, ajoutant que l’entrée en exploitation de ce projet portera à 58 le nombre global de communes approvisionner en gaz naturel, les six communes restantes seront prise en charge à la faveur de ce plan de développement. Le secteur de la jeunesse et des sports a été crédité d’une subvention financière de l’ordre de 1,27 milliard de Da, destinée à la réalisation de terrain de sport et de complexes sportifs de proximité (CSP) au niveau des grandes agglomérations urbaines, alors que le secteur des travaux publics s’est vue attribué une enveloppe financière d’un montant de 570 millions de Da qui seront consacrés à la réhabilitation d’un linéaire de 73 km de réseaux de chemins de wilaya et communaux, a-t-on affirmé. Quatre communes, en l’occurrence Ouled Antar, Ouled Hellal, El-Omaria et Ain-Boucif, dont une partie importante du réseau routier est très dégradé et nécessite une prise en charge, ont été retenue pour bénéficier des opérations de réhabilitation programmés pour le proche avenir, a-t-on conclu.

APS