La superficie dédiée à la céréaliculture dans la  wilaya d’Adrar a connu cette saison une extension de 5.800 hectares  supplémentaires, pour passer à une superficie totale de 15.000 ha (saison  2018/2019), a-t-on appris des responsables de la direction locale des  services agricoles (DSA).

L’extension de la surface de cette culture stratégique est le fruit d’une  batterie de mesures préconisées par les pouvoirs publics, dont  l’assainissement du foncier retenu pour l’investissement agricole, ainsi  que la facilitation des procédures de financement, de soutien et  d’accompagnement. Intervenant en marge du lancement de la campagne labours-semailles, au  niveau de la ferme pilote "Moulay Nadjem" dans la commune d’Anzedjmir (Sud  d’Adrar), le wali d’Adrar, Hamou Bekkouche, a affirmé que "l’extension des  surfaces retenues pour l’investissement agricole est une action prioritaire  pour les autorités locales pour ce secteur stratégique. Inspectant certaines unités d’irrigation sous-pivot mobilisées pour la  maïsiculture, le chef de l’exécutif de wilaya a indiqué que la  diversification des récoltes agricoles contribuera à la réalisation de la  performance économique attendue de l’investissement agricole pour  consolider l’économie nationale et garantir des revenus aux agriculteurs. Le wali, qui s’est félicité du développement d’autres cultures dans la  région, dont les plantes aromatiques et d’ornement, très demandées, et la  maïsiculture fourragère nécessaire à l’élevage bovin laitier, a mis  l’accent sur la nécessité d’hâter les procédures administratives pour la  réalisation, à Adrar, de cinq entrepôts d’ensilage de céréales, d’une  capacité globale de 30.000 QX, en vue d’aplanir les contraintes rencontrées  par la coopérative des céréales et légumes secs (-CCLS) notamment celles  liées au transfert d’importantes récoltes vers les silos du Nord du pays et  la location d’entrepôts privés. M. Bekkouche a, en outre, salué les efforts fournis par certains  agriculteurs ayant opté pour la réalisation de leurs propres entrepôts,  avant d’appeler à investir dans les activités agricoles. Le coup d’envoi de la campagne des labours a été mise à profit pour tenir  une rencontre avec les agriculteurs qui ont soulevé une série de  préoccupations liées à l’extension de l’électrification aux nouvelles zones  agricoles, à la facturation élevée de la consommation électrique dans les  activités agricoles, le recours de la Sonelgaz à la coupure de  l’électricité pour défaut de paiement des factures, causant des pertes aux  agriculteurs. Le directeur de la Sonelgaz de la wilaya d’Adrar a, dans ce cadre, indiqué  que "l’entreprise se trouve contrainte de recouvrer ses créances détenues  sur ses clients et qui s’élèvent au mois de novembre courant à 90 millions  DA, dont les agriculteurs en détiennent les 40%". Abdelkrim Mezrag a expliqué que les services de la Sonelgaz œuvrent, en  coordination avec les services de la wilaya, à l’étude des circonstances  des agriculteurs sérieux qui honorent leurs dettes mensuellement, mais que  ces mesures se sont avérées "insuffisantes" avec les agriculteurs  récalcitrants, dont certains détiennent une trentaine de factures de  consommation non-honorées. Le sous-directeur des services agricoles de la wilaya d’Adrar, Bouziane  Mohamed, a rappelé que "la wilaya d’Adrar a  bénéficié d’une opération de  réalisation d’un réseau électrique de 236 km susceptible de couvrir de  larges surfaces agricoles. La CCLS a, de son coté, mobilisé, afin d’assurer la réussite de cette  campagne labours-semailles, les moyens nécessaires, dont la mise à la  disposition des agriculteurs de 32.000 QX de céréales, 100.000 QX  d’engrais, dont 45.000 QX ont d’ores et déjà été attribués.

APS