Le premier atelier de formation des formateurs du  projet "yabda", inscrit dans le cadre du programme Erasmus+ financé par  l’UE, s’est ouvert à l’université Batna-1.

Devant se poursuivre jusqu’au 16 novembre courant, le chef du service des  relations extérieures à l’université Batna-1 et membre du projet, Lamia  Bouamra, a indiqué que cinq enseignants de l’université de Batna-1, trois  autres de l’université  Blida-2, Constantine-3 et Mostaganem participent à  cet atelier du programme Erasmus+ au côté des enseignants des universités  du Maroc, la Tunisie, la Grèce, la France et la Belgique. Elle a ajouté que le projet Erasmus+ "Yabda" qui a été  lancé en 2017 et  s’étalera jusqu’à 2020 permettra aux universités ciblées dont celle de  Batna 1 la formation des formateurs, et la création et l’équipement  des  centres d’orientation en entrepreneuriat.  Le projet Yabda d’Erasmus+ mobilise 700.000 euros afin de créer le centre  "Yabda" d’orientation entrepreneuriale qui accompagnera les porteurs de  projets innovants dans les énergies renouvelables, la technologie verte et  le développement durable notamment, a encore indiqué Bouamra dans son  intervention lors de la séance d’ouverture de l’atelier. Le recteur de l’université Batna-1, Dhif Abdeslam a indiqué que  l’université de Batna a signé plusieurs accords de partenariat dont celui  de son adhésion au programme Erasmus+ notamment au projet Yabda visant consolidation des rapports de l’enseignement supérieur à son environnement  socioéconomique et le développement d’un réseau d’universités leaders dans  la région maghrébine. Le projet "Yabda" comprend trois principaux ateliers de formation dont  celui de Batna et deux autres à Marrakech (Maroc) et Tunis, a précisé son  coordinateur, Abderrahim Khaldi de l’université Hassan-II (Maroc). L’objectif de ces ateliers est de former les formateurs qui animeront les  centres de "Yabda" à créer en vue de promouvoir l’esprit entrepreneurial  dans les milieux estudiantins chez les étudiants en formant les  universitaires porteurs de projets innovants, a ajouté Abderrahim en  soulignant que ces centres disposeront des moyens matériels et humains  nécessaires. Ces ateliers visent à initier les futurs formateurs aux principes et  techniques liés à l’entrepreneuriat pour assurer le succès des projets  depuis l’idée de projet à sa concrétisation, a indiqué la directrice de  l’atelier, Marine Franssen, de l’université de Liège (Belgique). Cet atelier qui se déroule à la maison de l’entrepreneuriat de  l’université Batna-1 est encadré par des experts internationaux et des  partenaires des universités de la Grèce, de la France et de la Belgique  avec la participation des quatre universités algériennes concernées.

APS