Imprimer
Catégorie : Regions

Le Groupe des industries locales  Divindus-ZI a donné des instructions pour le recensement de tous les points  noirs dans l'ensemble des zones industrielles relevant de sa gestion à  l’échelle nationale en vu de les prendre en charge, a indiqué à  Tizi-Ouzou, le représentant de ce Groupe, Rachid Reddaf.

Présidant à la maison de la culture Mouloud Mammeri une rencontre avec les  opérateurs économiques locaux afin d’écouter leurs préoccupations, M.  Reddaf a précisé que tous les directeurs des Unités de gestion des zones  industrielles et d’activités (UGZIA), relevant du Groupe Divindus-ZI, ont  reçu des instructions pour regrouper les opérateurs de chaque zone  industrielle et d’activités afin de faire un état des rencontrés au niveau de chacune de ces zones et, surtout, relever les point  noirs nécessitant une prise en charge en urgence. Les gestionnaires de chaque zone "vont se concerter avec les investisseurs  pour tracer conjointement un plan d’action visant à améliorer les  conditions d’exercice au niveau de ces sites industriels, ainsi que le  budget qui sera mobilisé à cet effet", a M. Reddaf, soulignant que les financements du Groupe Divindus-ZI  proviennent des participations (quotes-parts) versées par les opérateurs,  car, cette même entité rattachée au ministère de l’Industrie et des mines n’est pas financé par le Trésor public, a-t-il dit. Une fois les points noirs à traiter en urgence et le plan d’action arrêté  par le comité de suivi, l’opérateur aura un droit de regard sur  l’élaboration du budget et sur l’état d’avancement des travaux réhabilitation et d’aménagement de la zone où ils sont implantées, a ajouté  le représentant de ce Groupe qui a rappelé que Divindus gère, au niveau  national, 56 zones industrielles et 50 zones d’activités totalisant 10 000  ha et regroupe 981 opérateurs. Rachid Reddaf a relevé un problème d’absence de représentants des  opérateurs dans la plupart des zones relevant de la gestion de Divindus,  suite à quoi les unités de gestion des zones se retrouvent dans  l’impossibilité de trouver des interlocuteurs qui représenteront les  investisseurs pour discuter et trouver des solutions aux problèmes tracer avec eux une ligne directrice concernant l’entretien de ces sites,  d’où l’initiation, par ce même Groupe, de rencontres avec les opérateurs  dont celle de Tizi-Ouzou qui est la 24ème du genre, a-t-il indiqué. Le secrétaire général de wilaya, Zinedine Tibourtine, a souligné  l’importance d’installer, au niveau de chaque zone d’activité et  industrielle, un comité de suivi qui sera composé de représentants gestionnaires de ces zones, d’un représentant de l’Administration et de  deux représentants des opérateurs économiques élus ou désignés par leurs  pairs. Le directeur local de l’industrie, Hamitouche Moula, a expliqué que ces  comités auront à définir les priorités en terme de viabilisation et de mise  à niveau dans chaque zone de la wilaya, soulignant que les besoins en  viabilisation de toutes les zones de la wilaya sont estimés à 2,6 milliards  de DA, besoins qui ont fait l’objet d’une demande de financement aux services centraux compétents.

Plus de 44% des porteurs de projets n’ont pas réalisé leurs investissements 

Quelque 44,75% des porteurs de projets ayant  bénéficié de lots de terrain au niveau des zones d’activité de la wilaya de  Tizi-Ouzou, n’ont pas concrétisé leurs investissements, a annoncé le  Secrétaire général de wilaya, Zinedine Tibourtine. S’exprimant à l’ouverture d’une rencontre entre le Groupe des industries  locales Divindus-ZI chargé de la gestion des zones industrielles et  d’activité, et les opérateurs économiques locaux, le même responsable a  indiqué que ces derniers ont été mis en demeure pour lancer les travaux de  réalisation de leur unités faute de quoi il sera procédé à l’annulation actes d’attributions des lots dont ils ont bénéficié. Il a invité les investisseurs qui n’ont pas concrétisé leur projets à les  réaliser dans les meilleurs délais ou à restituer les assiettes foncières  dont ils ont bénéficié, ajoutant que la wilaya a entamé une procédure pour  l’annulation de ces attributions pour les mettre à la disposition d'autres  porteurs de projets dont la demande de terrain s’élève 1300La semaine dernière et à l’occasion d’une visite de travail qu’il a  effectué dans la daïra de Tizi Gheniff, le wali Abdelhakim Chater, a  annoncé qu’un délai a été fixé à l’ensemble des investisseurs de la wilaya  pour le lancement effectif des travaux au plus tard jeudi prochain (15  novembre), au-delà de cette échéance des mesures d’annulation des décision  d’attributions de fonciers seront entamées. S’agissant de la situation des investissements au niveau des d’activités de la wilaya, M. Tibourtine a indiqué que les projets en  activité représentent  23,58 %, ceux en cours de réalisation 21,16 %. Les projets réalisés et non  opérationnels représentent quant à eux un taux de 7.27% alors que les ceux  dont la réalisation est à l’arrêt sont estimés 3.27%. Pour ce qui est du foncier industriel, ce même responsable a souligné que  le nombre total des lots crées à travers les zones d’activité et de la zone  industrielle de la wilaya est de 952 lots, dont 809 ont été attribués et  153 non affectés. Le SG de la wilaya a réitéré la détermination de la wilaya à "accompagner  tous les porteurs de projets, à concrétiser leurs investissements et à  améliorer les conditions de travail de ceux qui sont opérationnels",  observant l’environnement "difficile au sein duquel exerce les entités  économiques locales implantées dans des zones souffrant d’un déficit en  viabilisation". Il a indiqué que des fiches techniques dont le montant s’élève à 2 milliards de DA ont été établies et transmises aux autorités compétentes  pour une prise en charge de ce problème. Pour certains travaux d’urgence, l’organisme gestionnaire local relevant  du Groupe Divindus "ne ménagera aucun effort pour apporter une contribution  en collaboration avec les opérateurs économiques afin de les prendre en  charge", a-t-il ajouté. APS