Logo  
Bannière
Céréales : L’Algérie a importé 1,6 millions de tonnes de blé de France depuis juin PDF Imprimer Envoyer


Les céréaliers français ont exportés 4,9 millions de tonnes de blé dur et de blé tendre vers l’Algérie  en 2010


Le marché mondial des céréales, notamment le blé,  l'orge et le maïs, restera "globalement tendu" en 2012 malgré une production  prévisionnelle en hausse, a estimé mardi à Alger un expert français. Pour les blés, dur et tendre, malgré l'augmentation de la production  prévisionnelle mondiale de 30 millions de tonnes en 2012, "la pression  persistera avec un équilibre précaire en raison de l'augmentation de la consommation  au même niveau que la production", a expliqué un représentant du Syndicat national  du commerce extérieur à France-export, M. Frédéric Ternois lors d'une rencontre  sur les céréales. La situation sera également "tendue" pour l'orge, pronostique cet expert  français, en raison notamment de la demande exprimée par l'Arabie saoudite,  qui importera 7 millions de tonnes en 2012 contre 6 millions de tonnes en 2011. Pour le maïs, l'augmentation de l'utilisation de cette matière dans  l'industrie, notamment les biocarburants, est la raison principale des tensions  sur le marché. Les quantités destinées à la production de l'éthanol sont passées  de 25 mt en 2005 à 125 mt en 2011. La baisse des récoltes américaines prévue en 2012, pour la troisième  année consécutive, devrait aussi accentuer cette tendance, selon cet expert  selon lequel  "les fondamentaux (offre et demande) ne sont pas les seuls  facteurs qui déterminent aujourd'hui la tendance du marché" des céréales.  "Il y a des acteurs extérieurs au marché physique qui profitent des  périodes de tensions pour faire pression sur les prix des céréales", a-t-il  dit en allusion aux spéculateurs. Concernant les importations algériennes de céréales de France, elles  devraient reculer en 2012 par rapport à l'année dernière notamment pour le blé  tendre, selon les prévisions de cet expert.  Les exportations françaises de blé tendre vers l'Algérie devraient s'établir  à 3,6 millions de tonnes (mt) contre 4,2 mt en 2011, a-t-il indiqué.  M. Ternois attribue cette baisse des importations algériennes de blé  tendre d'origine française par le fait que l'Algérie commençait à diversifier  ses fournisseurs. Selon certaines sources l’OAIC a fait une affaire en achetant du blé canadien, de meilleures qualités, à un prix défiant toute concurrence.  La campagne de commercialisation française 2010-2011 a été un  record. La France a exporté pas moins de 13 millions de tonnes, en dehors de l’union européenne, sur les pays tiers, avec l’Algérie comme premier client. Les céréaliers français ont exportés 4,9 millions de tonnes de blé dur et tendre vers l’Algérie  en 2010. Se sont environ 90% des besoins en importation en blé tendre  de notre pays et  pas loin de 70% des besoins d’importations en blé dur. L’Algérie a déjà importé 1,6 millions de tonnes, depuis le début de la campagne de commercialisation 2011-2012.  L’OAIC est le plus gros client de la France, L’industrie amidonnière française vient en seconde position avec 2,5 millions de tonnes. La réunion de cette année a été l’occasion de mettre en valeur la qualité de la récolte française 2011.  « Ce résultat a été atteint malgré la forte sécheresse qui a frappé la France » souligne M. Jean Langlois-Berthelot, mettant en avant la capacité  de la filière céréalière française « de produire  et d’approvisionner  régulièrement, année après année, un certain nombre de pays ». 20,4 millions de tonnes, soit près des deux tiers de la récolte, sont des blés meuniers de qualité supérieure. Avec des poids spécifiques particulièrement élevés, une teneur en protéines et une force boulangère satisfaisantes. Les poids spécifiques sont « d’un très bon niveau, avec une moyenne nationale qui atteint 79,4 kg/hl ». Les experts de France Export Céréales ont donné également un éclairage sur un secteur méconnu de l’industrie céréalière française, en l’occurrence l’organisation de la filière maïs. L’Algérie importe chaque année 2,4 millions de tonnes de maïs. Le marché est dominé à 81% par l’Argentine et 15% par la Brésil. La France ne détient que 2% du marché et souhaite l’augmenter, en mettant en avant la proximité, la qualité et la régularité de la production. Le maïs d’origine française pourrait ainsi, dans les mois à venir, prendre une bonne place sur le marché algérien. « Nous pourrions en placer quelques centaines de milliers sur le marché algérien », a  indiqué Jean-Pierre Langlois-Berthelot. Il a précisé que l’essentiel des exportations de maïs et de blé dur étaient destinés à des acheteurs privés, l’OAIC ne représentant dans ce segment que 30% de la commande. La production céréalière algérienne a atteint 42,5 millions de quintaux  lors de la campagne 2010/11, en baisse de 7% par rapport à la saison dernière.

A.S.

 

 

Rechercher

. : : PDF : : .

Sondage multimédia

COMBIEN DE FOIS AVEZ-VOUS CHANGER DE TELEPHONE?
 

Sondage Auto

QUEL TYPE DE CARBURANT UTILISEZ VOUS?
 

PUBLICITE